Beyrouth et ses rues aux noms français

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 10/04/2018

plaque avenue du Général de Gaulle.jpg

De Gaulle, Marie-Curie, Verdun…la capitale libanaise compte de nombreuses avenues et rues aux noms qui fleurent bon la France, héritage des liens d’amitié qui unissent les deux pays.

Avenue de Paris
Cette artère, qui part d’Aïn Mreissé et court jusqu’à Manara, constitue la première partie de la promenade de la Corniche, du nord au sud.

Avenue des Français
Cette rue, qui n’existe plus depuis la fin de la guerre civile, suivait le tracé de la rue Ahmad Chaouki actuelle puis arrivait près du Saint-Georges.

Avenue du général de Gaulle
Cette artère, qui porte le nom de l’ancien président français qui vécut au Liban de 1929 à 1932 alors qu’il n’était que simple commandant, constitue la deuxième partie de la Corniche, de Manara à Ramlet el-Baïda.

Rue Clémenceau
La rue portant le nom de l’ancien président du Conseil, surnommé le « Tigre », part de l’entrée de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et mène au dessus de l’hôtel Phoenicia.

Rue Colombani
Cette rue, située après la rue Hamra, remonte du quartier de Caracas, porte le nom de François Colombani, ancien directeur de la Sûreté générale.

Rue de France
L’artère se situe derrière le Grand sérail, siège du Premier ministre, dans le centre-ville.

Rue française
C’est le nom d’une petite rue, située en face des Souks de Beyrouth.

Rue Foch
Cette artère, qui se situe derrière l’immeuble du journal An-Nahar, au centre-ville, porte le nom du maréchal Ferdinand Foch qui dirigea l’armée française durant la Première Guerre mondiale.

Image 13.png

Rue Gouraud
La célèbre rue animée du quartier de Gemmayzé porte le nom du général Henri Gouraud, haut-commissaire de France au Levant, qui regroupait le Liban et la Syrie, de 1919 à 1923.

Rue Huvelin
Historien français du droit, Paul-Louis Huvelin a participé à la création de la faculté de droit de l’Université Saint-Joseph en 1913. Son nom a été donné la rue qui longe le campus des sciences sociales de l’USJ, à Achrafieh.

Rue Jacques Chirac
L’ancien président français, grand ami du Liban et de l’ex-Premier ministre assassiné en 2005 Rafic Hariri, a une rue à son nom qui part de la place de l’Etoile.

Rue Jeanne d’Arc
Cette artère, qui porte le nom de l’héroïne française surnommée la « pucelle d’Orléans », remonte de la rue Bliss, traverse la rue Hamra pour arriver à la rue Emile Eddé.

Rue Maurice Barrès
Cette rue, qui relie les quartiers du Sérail et du Patriarcat, porte le nom de cet écrivain français, chantre du nationalisme.

Rue Monot
Prêtre supérieur français de la mission jésuite en Syrie, Ambroise Monot est le fondateur de l’USJ, en 1875, après le transfert à Beyrouth du collège-séminaire de Ghazir.

Rue Pasteur
Cette rue, parallèle à la rue Gouraud, dans le quartier de Gemmayzé, porte le nom du célèbre scientifique français, inventeur du vaccin contre la rage.

Rue Verdun
Cette rue, artère principal du quartier du même nom, porte le nom de la célèbre bataille qui opposa la France à l’Allemagne en 1916.

Rue Weygand
L’artère, qui relie l’immeuble An-Nahar aux Souks de Beyrouth, dans le centre-ville de la capitale, porte le nom de Maxime Weygand, ancien haut-commissaire de la France au Levant de 1923 à 1924.

Image 15.png

National Geographic just listed Lebanon among the best summer trips for 2018

IB515-e1503080803748.jpg

Summer starts today! National Geographic released a list of the best summer trips for 2018! The list includes Lebanon!

Here’s what National Geographic said about our country:
“Often overlooked as a culinary destination, Lebanon crafts the ideal summer mezze table in an equally ideal temperate climate. Stroll open air markets in Byblos, one of the world’s oldest cities. Cool off at the Baatara Gorge Waterfall. Then settle in beneath the cedars for a feast of local wine, tabbouleh, tiny rounds of hot sesame pita, baba ghanoush sprinkled with pomegranate seeds, and plates of herb-y cheese, all drizzled in bright swoops of local olive oil.”

Lebanon is indeed a great destination for foodies. In 2016, Travel and Leisure ranked Beirut as the best international city for food!

Lebanon is also full of history. Last year, National Geographic declared that Lebanon is one of the world’s oldest countries.

72 heures de rêve à Beyrouth

Paris Match| Publié le 24/03/2018 à 08h08
Elodie Declerck

 Le bar The Roof, de l’hôtel Four Seasons.ERIC MARTIN

Le bar The Roof, de l’hôtel Four Seasons.ERIC MARTIN

On imagine la capitale libanaise trop éloignée pour y passer un week-end. On a tort. C’est une destination idéale pour un court séjour dans une ville à la cuisine généreuse et à la vie nocturne vibrionnante.

Jour 1: Paris à la montagne Au sud-est de la ville s’étend la région montagneuse du Chouf. A 900 mètres d’altitude, parmi les oliviers centenaires, se trouve Bouyouti, une maison d’hôtes d’exception « à la fraîche ». Essaimées sur le vaste domaine en terrasse, 12 maisonnettes indépendantes, une piscine, un restaurant de plein air et des allures de Toscane.

L’endroit, pionnier il y a dix ans et prisé depuis par la haute société beyrouthine qui vient ici s’extirper de la touffeur de la ville, a été créé par la décoratrice Roula Bazerji sur les terres familiales de son mari Rafic, laissées à l’abandon pendant la guerre. En chemin, arrêt conseillé au spectaculaire palais de Beiteddine, théâtre de l’un des plus importants festivals de musique du pays et résidence d’été des présidents de la République libanaise. A quelques kilomètres, Deir-el-Kamar, pittoresque village fortifié où cohabitent église, mosquée et synagogue (aujourd’hui occupée par le Centre culturel français), vaut lui aussi d’y flâner une heure ou deux…

 Unique Relais & Châteaux du Liban, l’Albergo est une institution. © DR

Unique Relais & Châteaux du Liban, l’Albergo est une institution. © DR

Jour 2: Dans le quartier des créateurs C’est depuis l’hôtel Albergo, un Relais & Châteaux au charme suranné, que l’on part prendre le pouls de la ville à pied. Au coeur du quartier chrétien d’Achrafieh, marquez l’arrêt rue Monnot à la boutique du Domaine des Tourelles, première propriété viticole du Liban. Secteur chic et partiellement classé de la ville, Achrafieh déploie pléthore de petites boutiques bio ou de créateurs. Après un déjeuner de mezze au restaurant Abdel Wahab, descendez vers Beit Beirut, un centre culturel installé dans un immeuble de 1924 qui porte les stigmates de la guerre. Au programme, des expositions, des résidences d’artistes et d’accueil de chercheurs, des spectacles de danse… En remontant ensuite vers le musée d’art moderne Nicolas Sursock, faites une pause rafraîchissante chez Hanna Mitri, le meilleur glacier de la ville.

Jour 3: gourmandises Cap sur le marché du week-end, à deux pas du centre-ville. Rendez- vous des foodistas beyrouthins, le souk El Tayeb a été créé en 2004. Ce marché communautaire de producteurs locaux, amorcé avec quatre marchands, en compte désormais 106. Puis filez chez Tawlet, la cantine bio du quartier voisin de Mar Mikhael ! Sur de grandes tablées en bois, on partage « à manger, pas la guerre », selon le leitmotiv de son fondateur, Kamal Mouzawak. Des cuisinières de différentes communautés proposent leurs plats sous forme de buffet. Au dîner, continuez sur cette lancée : Johnny Farah vous attend près de la place des Martyrs, dans le centre de Beyrouth. Lux, sa table de cuisine méditerranéenne, est d’une fraîcheur incomparable. Optez ensuite pour une promenade le long de la corniche parsemée de jolies boutiques. Moment idéal ? Juste avant le coucher du soleil sur le fameux rocher de la grotte aux Pigeons, face au quartier de Raouché. 

Le miel de cèdre

 Au coeur du Chouf, Bouyouti est une escale nature particulièrement appréciée par la haute société libanaise. © DR

Au coeur du Chouf, Bouyouti est une escale nature particulièrement appréciée par la haute société libanaise. © DR

Entre 800 et 2 200 mètres d’altitude, trois forêts de cèdres millénaires s’épanouissent. La Réserve de biosphère du Chouf, classée par l’Unesco, propose des activités écotouristiques ainsi que des produits ruraux à la vente. Ne repartez pas sans votre pot produit dans les ruches d’altitude. De l’or liquide.

Carnet de voyage
A quatre heures de Paris et avec une heure de décalage horaire, Beyrouth se révèle une halte idéale et dépaysante pour un court séjour entre mer et montagne. Aya Désirs du monde, tour-opérateur spécialiste du Liban, propose un package « 72 heures à Beyrouth » à partir de 1 089 € TTC par personne en chambre double. Inclus : vol A/R sur Transavia, 2 nuitées à l’hôtel Relais & Châteaux Albergo avec petit déjeuner, 1 nuitée à la maison d’hôtes de charme Bouyouti avec petit déjeuner.

Rotarians in Lebanon on the Move

Three challenging International Rotary meetings are in the works in Lebanon for 2018 and 2019:

  • February 17, 2018, Rotary International President Ian H.S. Riseley is convening in Beirut for a Presidential Conference on water, sanitation and peace. www.rotaryd2452.org/new/index.php/conference-home
  • October 13-20, 2018, Together in Lebanon Committee is inviting all Rotarians friends of Lebanon and Rotarians of Lebanese origin to immerse themselves in Lebanon's rich cultural and religious heritage, rediscover their roots, mingle with Lebanese and Rotarians from 27 clubs, explore projects accomplished, meet twinned clubs, inter-country committees and Rotary fellowships, or just for a week of fun, discovery and entertainment.
  • May 1-4, 2019, District 2452 Conference in Lebanon (District 2452 comprises 9 countries in three continents, from Armenia, Cyprus and Georgia in Europe, to Sudan in Africa, and the Bahrain, Jordan, Lebanon, Palestine and United Arab Emirates in the M.E., Asia). Friends from all over the world are expected to join in for real Rotary interaction. www.rotarybeyrouth.org/site/read-more/561-intervention-du-dge-michel-jazzar-sur-le-programme-de-l-annee-rotarienne-2018-2019